En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus

OK, tout accepter

Nos articles #Blog

Yasuka : rencontre avec une artiste complète

IMG_1249.JPG

Rouen-Japon : D'où venez-vous, Yasuka-san ?
Yasuka : Je viens d'Iwate, une ville au nord du Japon, près de Hokkaido. 

RJ : Tout le monde, lors de la fête de Nouvel An ce dimanche 14 janvier 2018, a apprécié votre talent de chanteuse. Est-ce votre métier ?
YN : Plus maintenant ; j'étais chanteuse avant de suivre mon mari, qui travaille dans une entreprise japonaise produisant des pièces de voiture.  

RJ : Comment étiez-vous devenue chanteuse ? Qu'est-ce qui vous avait donné envie de l'être ? 
YN : En fait, quand j'avais 21 ans, mon entourage m'a poussée à passer une audition, et je l'ai réussie. A partir de là, tout s'est enchaîné : j'ai été modèle, chanteuse, j'ai joué dans des films... Toute petite, j'aimait bien chanter, mais je n'avais pas confiance en moi. Je me suis dit qu'il fallait de l'expérience et j'ai postulé pour faire des concerts de chansons d'animé. J'ai donné quelques concerts dans de petites salles (des "live house" en japonais) un ou deux concerts par jour, trois fois par semaine. Ensuite quelques producteurs m'ont invitée à donner des concerts dans de grandes salles. J'avais beaucoup de chance, j'ai rencontré beaucoup de bons musiciens, j'ai composé des chansons et écrit les paroles. J'ai pu faire des activités en tant que productrice d'artistes et d'Idoles."

RJ : Enfant, vous jouiez également de la musique ? 
YN : J'apprenais le Taiko à l'école primaire et le Syamisen au collège pour me présenter aux festivals régionaux. Toutes les filles s'entrainaient et rêvaient de jouer lors de ces occasions. J'étais souvent sélectionnée pour jouer de ces instruments.

RJ : On nous a dit que vous aviez également interprété le générique d'un film...
YN : Oui, un film qui s'intitule Le Rassemblement des croix (雑踏の十字架, Zatto no juujikai). C'est une histoire d'amour qui parle des interdits...

RJ : Cette vie d'artiste ne vous manque pas ? 
YN :
Non... J'ai arrêté de chanter quand je me suis mariée. Aujourd'hui, mon bonheur est d'accompagner mon mari.

"Je connais la France grâce à un groupe de rock appelé Jeanne-d'Arc !"

RJ : Connaissiez-vous déjà la France, auparavant ?
YN :
Je connaissais Napoléon, Jeanne d'Arc...

RJ : Jeanne d'Arc ?
YN :
Oui, et d'une façon un peu originale : il y a deux ou trois ans, un groupe de musiciens de rock, composé de garçons, s'appelait Jeanne d'Arc !

Fête de Nouvel An : 2018 démarre en beauté !

Repas, chanson, quiz, humour : les meilleurs ingrédients étaient réunis, dimanche 14 janvier, pour que 2018 débute sous les meilleurs auspices !

Shiho Narushima, une pianiste-globe trotteuse

Shiho Narushima, pianiste récompensée et aux talents reconnus elle a joué en France, aux Pays-Bas, en Espagne, en Suisse, au Maroc, en Nouvelle-Calédonie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et au Japon.

Sortir une fois, c'est bien.
Multiplier des moments conviviaux entre passionnés en étant membre de Rouen Japon, c'est mieux ! ;-)

Devenir membre

Suivez-nous...